AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pêch-cailloux
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3562
Age : 51
Localisation : aiguillon
Prénom : didier
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 9 Juin 2008 - 14:28

Initiation à la pêche à la mouche


Bonjour a tous !

Cela fait pas mal de temps que j’ai pour projet de vous faire connaître la pêche au fouet, aussi appelée pêche à la mouche.

Beaucoup de monde pense que cette pêche est très difficile et a un coût assez élevé ! Pour le coût, cela a été vrais, mais depuis quelques années, ça reste abordable au même titre que toute autre pêche.

L’équipement :


- Les cannes :

Elles se classent en trois catégories sont :

:arrow: cannes à action de pointe (dites à action rapide) :


Ces cannes sont particulièrement adaptées pour les lancés à longue distance.

:arrow: cannes semi-paraboliques (dites à action progressive) :


Ces cannes sont particulièrement adaptées aux débutants !
Leur extrémité souple absorbe les chocs. Bien utilisées, elles sont capables de lancer jusqu'à 25-30 mètres.

:arrow: cannes paraboliques (dites à action lente) :


Ces cannes sont particulièrement utilisées pour les lancers de mouches sèches en petits ruisseaux. Elles délivrent un posé délicat de la mouche.
Vous les trouverez en 7, 8 et demi, 9 et 10 pieds et même plus ! Il va de soi que ces longueurs seront à adapter aux poissons recherchés et aux lieux de pêche.
Par exemple, nous n’irons pas prendre une 10 pieds pour une pêche de truite en ruisseau montagnard.

- Les moulinets :

Vous trouverez des moulinets manuels, semi-automatiques et automatiques.

Le moulinet n’est qu’une réserve de soie et de backing. Je vous parlerai de ces deux noms un peut plus bas.

Pour revenir au moulinet, pas la peine de vous ruiner. Un simple manuel vous fera l’affaire, bien que le semi-automatique soit bien pratique de par son système de gâchette qui rembobine automatiquement la soie par à-coups ! Et l’automatique, lui, grâce sa gâchette rembobine la soie entièrement. Mais ce dernier reste un moulinet lourd et est souvent associé aux pêche de gros poissons.


Moulinet manuel


Moulinet semi-automatique


Moulinet automatique


- La soie :

Elle aussi se classe en trois catégories :

:arrow: La DT « double taper » (soie à double queue de rat en fuseau) : elle est effilée à ces deux extrémités, ce qui la rend facile à lancer. Elle est donc particulièrement adaptée aux débutants.
De plus, c'est une soie relativement économique car vous pouvez inverser cette dernière si une extrémité est usée.

:arrow: La WF « weigth forward » (soie à fuseau décalé vers l’avant) : cette soie forme un renflement puis s’affine brusquement en une soie fine.
Elle est appropriée aux lancers de longues distances.

:arrow: La SH « shooting head » (soie à pointe plongeante) : le premier tiers de cette soie a le profil d’une WF mais on y placera à 10 mètres un morceau de nylon solide ou tressé afin d’aller chercher les poissons en profondeur.



Il existe des soies :

:arrow: flotante (F) : c'est la plus souple. Elle convient aux mouches sèches, aux nymphes(imitation de larves montant en surface) et aux petits strimers (imitation de petits poissons ou grosses nymphes).

:arrow: plongeante (S) : ces soies existent en diverses densités de façon à pêcher plus ou moins profond.

:arrow: à pointe plongeante : elles comportent une partie fottante et la pointe vers le fond.

D’autres soies existent mais elle seront utilisées dans des pêches bien ciblées.

Toutes ces soies ont aussi un numéro qui va de 2 à 15.

Leur longueur est en général entre 25 et 30 mètres.

Les n°2, 3, 4, et 5 sont parfaites pour les pêches de rivière avec de petites mouches.

La n°6 est la passe partout.

Les n°7 et 8 seront prisées pour les pêches de réservoir ou de grandes rivières avec de grosses mouches.

Les n°9 et 10 seront adaptées aux pêches de gros poissons surtout en réservoir.

Les n°11, 12, 13, 14, et 15 seront pour des pêches en mer.

Ces numéros équivalent au poids, donc aussi à la force de la soie.

Le backing : ce n’est jamais qu’une espèce de tresse que vous attacherez avant la soie, ce qui vous donnera une réserve de fil supplémentaire au cas où vous touchez de gros poissons avec des départs plus ou moins longs.



Pour le coût : maintenant vous pouvez trouver des complets (canne, moulinet et soie) entre 50 et 80 euros.

Ce matériel reste bien sur un matériel de base mais tout à fait satisfaisant pour un débutant et même après !
Ces prix sont biensûre pour le matériel passe partout qui est une canne de 8 à 9 pieds avec une soie de 5 à 6 et un moulinet manuel.
D’ailleurs je ne vous conseille pas de prendre autre chose pour débuter de par leurs prix mais aussi pour l’apprentissage.

Bon puisque vous êtes arrivés à lire jusque là, c’est que vous êtes intéressés par cette pêche !
C’est donc maintenant que les choses se compliquent un peu. Rassurez-vous, pas énormément !

La tenue de la canne :


Il en existe trois mais je n’en citerai que deux, qui pour ma part restent les plus faciles.
Que ce soit pour la première ou la deuxième, le poignet doit rester ferme afin que la canne et le poignet demeurent alignés. Ne serrez pas trop les doits sinon votre poignet ne serait pas assez ferme et se replierait lors du lancer arrière.


Le talon de la canne doit obligatoirement être placé sous l’avant bras :



Le lancer :


Ha, ce fameux lancer que beaucoup de monde redoute !!!
Pourtant pas si difficile !
Imaginez que vous soyez une pendule ; votre tête est à midi et vos pieds à 18h.
Votre lancer se fera entre 11h et 13h.
Ne pas confondre vitesse et précipitation.
Attendez toujours cette sensation que la soie tire sur votre canne, avant de faire le lancer inverse !
Votre soie doit toujours être parallèle au sol et à la surface de l’eau.


Si sur votre geste vers l’arrière votre avant bras descendait à 14 ou 15 heures, votre soie toucherait le sol ou presque et vous feriez de trop grosses boucles, ce qui vous ferait perdre de la force à votre soie.
Idem pour votre geste de lancer avant.
En parlant de ce dernier, au départ de votre lancer avant juste un petit mais très petit geste du poignet pour faire taper le talon de la canne sur votre avant bras vous servira à donner de la force à votre soie pour la propulser plus loin.


Ci-joint un descriptif du lancer. Pour poser la mouche, placez la canne à 9 ou 10 heures après que la soie se soit bien déroulée.

Pour l’initiation rien ne vaut une cible dans votre jardin ou un stade.
Ne chercher pas à atteindre des distances supérieures à 5 ou 6 mètres au départ et vous reculerez de plus en plus.

Mais surtout pensez bien à une chose : cette pêche n’est pas de savoir lancer loin (à part peut-être en réservoir) mais c’est surtout une pêche de précision et d’approche !
Si vous arrivez à lancer avec précision à une dizaine de mètres à presque tous les coups,
alors vous êtes capable de pêcher la truite ou autre poisson en rivière.

Bon, après avoir bien assimilé tout ça, continuons notre apprentissage. Nous allons passer aux autres lancers. Il y en a une multitude, mais je ne vous donnerai que les indispensables !

Rappelez vous toujours de la pendule et que votre geste doit s’arrêter a 11h pour l’arrière et 13h pour l’avant ! votre tête étant à midi et vos pieds à 18h.


Mais avant de se mettre en pratique, mettez une paire de lunette afin de vous protéger les yeux car si vous veniez à faire un mauvais geste, il est possible que vous vous receviez le bout de la soie dans la figure.

:arrow: Le lancer droit :

C'est le plus facile et celui que vous prendrez pour débuter.
Sortez une longueur de soie plus ou moins égale à la longueur de la canne.
Commencez à faire vos mouvements (11h - 13h) assez rapidement pour le moment étant donné qu’il n’y a pas beaucoup de soie dehors.
Je parlerai pour un droitier mais il va de soi que cela sera inversé pour un gaucher.
Donc votre canne sera tenue de la main droite et avec la main gauche vous tiendrez la soie.
Tout en faisant votre mouvement vers l’arrière, avec la main gauche vous sortirez de la soie du moulinet tout en évitant de prolonger sa longueur en bout de scion. Et lorsque votre canne sera à 13h (position avant), vous sentirez dans la main gauche la soie qui demande à partir ! C’est à ce moment que vous la laisserez partir délicatement toujours en la gardant dans la main.
Votre soie passera au-dessus de vous et légèrement sur la droite.
Ces gestes seront répétés à chaque faux lancers (le faux lancer étant justement les gestes que vous faites pour propulser la soie).
Plus la longueur de soie est importante en bout de canne, plus le temps d’attente sur les positions 11h et 13h seront longues.
Attendez toujours de sentir le poids de la soie qui demande à sortir avant de la laisser partir délicatement.
Lancer vite et fort ne veut pas dire lancer loin, bien au contraire.
Servez vous de la puissance de la canne et de l’inertie de la soie. Elles seules vous permettront de lancer efficacement, juste et sans se fatiguer.
Pour le posé, il suffira de placer la canne a 14 ou 15 h.



C’est bon , vous y arrivez ?
Oui ? Super !!!!

:arrow: Le lancer arrière :

Aucune complication, si ce n’est que le posé se fera à 9h au lieu de 15h.
Pensez tout de même à vous retourner un peu pour voir ou vous posez la mouche.
Ce lancer sert dans certains endroits ombragés et où nous avons peur d’accrocher la mouche derrière nous !!

:arrow: Le revers :

Il reste un lancer bien pratique surtout en petite rivière avec des bordures bien arborés, sachant qu’il faut toujours remonter le courant et qu'il est parfois impossible de traverser le cours d’eau.
Il vous faut simplement reprendre le système du lancer droit mais en faisant travailler la canne à l’opposé du coté tenu (pour un droitier, la main droite donc celle qui tient la canne travaillera au niveau de l’épaule gauche).

:arrow: Le lancer parachute :

Ce lancer n’est jamais qu’un dérivé, qu’il soit en droit ou en revers.
Il suffit simplement de faire les gestes 11h - 13h, bras tendus vers le haut.
Ce lancer est super pratique pour pêcher à très courte distance ou même par-dessus des buissons.
Pour le posé, la canne sera placée vers 13h mais toujours bras tendu vers le haut !
Pourquoi pratique pour les pêches très courtes ?
Imaginez un poisson gobant très prés de vous ; ça arrive !
Dans la continuité de votre soie, il y a le bas de ligne qui bien souvent a une longueur plus ou moins égale à votre canne !
Sur un simple lancer ce n’est pas la mouche que vous placerez devant le poisson mais votre soie et là ! au revoir !!!!
Bon, je vois que vous progressez vite ! Alors nous allons passer à deux autres lancers.
Mais pour ceux-là, nous allons oublier les fameux 11h et 13h.

:arrow: Le lancer roulé :

Celui-là aussi est bien pratique pour les endroits encombrés derrière soi.
Vous allez placer votre canne scion vers la surface de l’eau. Sortez de la soie et, d’un roulement de poignet (de la droite vers la gauche) vous allez faire revenir votre canne à la parallèle de votre corps. D’un coups sec (tout à fait le contraire d’un ferrage à la canne au coup) vous allez propulser votre soie devant vous, le scion à 15h. Vous allez sentir le poids de la soie. Alors laissez-la partir.
Pour lancer plus loin, idem. Ramenez votre soie avec ce geste circulaire du poignet, sortez-en encore du moulinet, votre mouche bien stabilisée sur la surface de l’eau et près de vous ! D’un coup sec de poignet vers l’avant et s’arrêtant net à 15h, votre soie sera propulsée et lâchez au moment ou vous sentirez son poids.
Avec de l’entraînement, il est facile de propulser une bonne dizaines de mètres de soie.



:arrow: Le lancer arbalète :

... qui n’est pas vraiment un lancer d’ailleurs !!!
Il est très pratique pour la pêche à vue avec des poissons placés près des bordures.
Cette technique convient pour les pêches en nymphe (imitation de larves), donc des mouches plongeantes.
Sortez de la soie du moulinet et laissez-là à vos pieds (attention aux herbes, qu’elles ne vous empêche pas le départ de la soie).
Vous allez ramener votre soie sortie jusqu’au moment où le nœud soie et bas de ligne soit juste après l’anneau du scion.
Tout en tenant votre canne (pouce sur le dessus) avec l’index, vous allez coincer la soie contre la poignée de la canne.
De la main gauche vous tiendrez la mouche par sa courbure de l’hameçon entre le pouce et l’index
Placez la pointe du scion vers le poisson (légèrement au devant de sa tête) tirez sur votre mouche de façon à faire plier votre scion.
Lâchez la mouche et redressez l’index qui bloquait la soie. Votre mouche va partir et venir se positionner devant la gueule du poisson.
Attention à cette technique ! Il est très facile de se planter l’hameçon dans les doigts !

____________________________
tu es libre de croire que tu es con , mais surtout tu es con de croire que tu es libre...
Revenir en haut Aller en bas
Fisher24
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12701
Age : 36
Localisation : Saint-Médard de Mussidan (24)
Prénom : Laurent
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 13:56

L'approche du poisson :


Dans mon commentaire, je parlerai de dame truite en rivières ou ruisseaux de montagne.
Pourquoi elle ? Et bien tout simplement parce que ce poisson très méfiant vit de surcroît dans une eau généralement claire et limpide !
Cependant, pour nous pêcheur, la position de Madame dans ce milieu agité nous donne quelques petites chances, puisqu'elle sera dans presque tout les cas face au courant ...
donc la nécessité de toujours remonter la rivière en action de pêche (bien qu’il soit possible de pêcher en descendant dans
certains cas) mais nous verrons cela plus tard !

Tout d’abord un petit cours d’anatomie sur le poisson.

La vue :


Sur ce premier schéma, nous pouvons constater les différents angles de vue de ta truite.
Ces angles ici présents sont schématisés sur l’horizontal mais ils sont les mêmes sur la verticale.
Nous comprenons mieux maintenant la nécessité de pêcher toujours en remontant le courant !
Par contre, ces angles de vue seront un peu perturbés par le film de la surface de l’eau.
Nous avons tous fait du sous l’eau en piscine et avons tous essayé de regarder vers la surface pour voir comment ça faisait ! Rappelez vous ! On y voyait une grande fenêtre ronde ! Il faut savoir d’ailleurs que cette fenêtre a un diamètre deux fois supérieur a la distance entre nous et la surface ! Plus les objets seront près du bord de cette fenêtre, plus ils les verrons flous ! Il en est tout à fait de même pour la truite !
Voici un petit schéma pour bien comprendre :


Ne pensez surtout pas que des eaux tumultueuses l’empêchera de vous voir, bien au contraire. Ses yeux sont faits de façon à voir dans l’eau, par contre dans une eau plate et sans aucune ride, elle lui fera le même effet que vous : « un miroir ».
Soyez tout de même vigilant sur l’approche ! Pour finir sur la vue, il sera donc bien plus facile de pêcher avec une eau troublée !

L’ouie :

La truite dispose de deux moyens pour percevoir les vibrations !
Elle détecte les basses fréquences (bruits de pas prononcés, bruits d’un autre poisson qui nage) grâce à une ligne latérale qui passe de chaque coté de son corps et traverse sa tête. Donc dans la pratique, on évitera tout mouvement brusque et bruit de pas sur les cailloux ... surtout si nous pêchons les pieds
dans l’eau.
De plus, la truite détecte les vibrations de hautes fréquences grâce à des oreilles internes : elle perçoit donc les sons qui proviennent de dessous la surface de l’eau comme l’entrechoquement de galet ou même le clapotis des pas en bordure ! Mais en aucun cas les sons aérien.

En résumé : pour l’approche de la truite, pas de chocs sur le sol, se confondre le plus possible avec la nature, rechercher toujours à la surprendre en l’attaquant par l’arrière, et une dernière petite chose qui a sa grande importance, l’ombre. Attention à votre ombre qui est bien souvent synonyme d’échec.

Le bas de ligne :


A la mouche, le bas de ligne sera toujours en section dégressive : le diamètre au raccordement de la soie sera toujours bien supérieure au diamètre de l'extrémité de la soie.
Pourquoi ? Et bien tout simplement pour avoir un bon équilibre et de la souplesse lors des lancers et du posé.
Il existe à ma connaissance quatre types de bas de ligne. Mais avant de parler d’entrer dans le vif du sujet, il faut savoir comment connecter son bas de ligne avec sa soie. Pour cela il existe des petits connecteurs ou même simplement certains nœuds :






Personellement, je perce ma soie à son extremité avant de faire ce noeud pour avoir un bon prolongement de mon bas de ligne et de ma soie.

La queue de rat : Achetée toute faite, elle reste bien pratique par sa section décroissante sans nœud. Personnellement je me sert du :

4X = diamètre du départ 44/100 et la pointe 18/100.
5X = diamètre du départ 44/100 et la pointe 15/100.
6X = diamètre du départ 44/100 et la pointe 12/100.

Il est conseillé toutefois de rajouter une pointe de nylon ou fluorocarbone (ce dernier étant quasi invisible pour le poisson).
Les pointes à utiliser par rapport à la grosseur de l’hameçon sont :

10/100 pour des hameçons numéros 18 à 20.
12/100 pour des hameçons numéros 14 à 16.
14/100 pour des hameçons numéros 12 à 14.
16/100 pour des hameçons numéros 10 à 12.

Cependant ce bas de ligne a un petit défaut lors de la casse : si vous cassez au niveau de votre pointe, tout va bien ! Mais si la casse se fait sur la queue de rat, vous ne saurez pas sur quelle section elle aura eu lieu. Donc sur la réparation, vouz aurez de grandes chances de déséquilibré le tout.


Le tressé ou tissé :

D’une longueur d'1m50 à 1m80 il a un très gros avantage : il reste très souple et est très pratique pour la connection avec la soie. Vu qu’il forme un tube, il suffit d’entrer la soie d'1 ou 1,5 cm à l’intérieur et d’y mettre une goûte de colle forte.
Idem pour la pointe que vous ferez avec deux ou trois brins de nylon de section décroissante.
Petite astuce pour ce bas de ligne tissé : faites-le bouillir quelque minutes ; il sera encore plus souple.


Le torsadé :

Ce système, généralement employé par les grands moucheurs, est bien souvent de fabrication artisanale et reste certainement le plus souple.
Il est fabriqué à base d’un mono filament et d’un système de boucle puis finalement torsadé.
Ne connaissant pas trop ce montage, je ne pourrai vous en dire plus !


Bas de ligne nœuds :

C’est pour ma part le meilleur ! Il se compose de plusieurs brins de mono filaments en sections décroissantes.
Pour tous ces bas de lignes, les longueurs changent par rapport au mode de pêche et au lieu.

Petite rivière Le bas de ligne est court : la longueur de la canne.
Moyenne rivière : Le bas de ligne est d'une longueur intermédiaire : une longueur et demi de la canne.
Grande rivière : Le bas de ligne est long : deux longueurs de canne.
Réservoir : Pour la pêche en sèche, vous prendrez un bas de ligne long mais pour le streamer, il n’est pas nécessaire de mettre plusieurs sections, deux suffiront ! Mais il faudra tout de même une pointe d’une trentaine de centimètres. Le tout fera la longueur de la canne.
Pêche en nymphe : Votre pointe sera bien plus longue de façon à ne pas empêcher la nymphe de couler.

Il va aussi de soit que vous pourrez changer ces longueurs pour débuter. Prenez alors des bas de ligne un peu plus court.

Vous manipulez bien vos lancers ? faites vos bas de ligne plus long ? ils seront encore plus discret !


Pour les noeuds de raccordement, je vous propose celui-ci, qui pour moi reste le meilleur :


Pour finir sur les bas de ligne, bien pratiques, bien que je ne m’en serve pas, il existe des petits crochets pour accrocher vos mouches à ce dernier. Bien sûr il y a différentes grosseurs selon les mouches employées.


Leur avantage est de ne pas couper le fils a chaque changement de mouche.

____________________________
Cliquez sur la bannière ci-dessous pour voir les nouvelles photos :
Laurent Cornu - View my recent photos on Flickriver
Ma galerie Flickr


Dernière édition par Fisher24 le Lun 23 Juin 2008 - 18:27, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fisher24.skyblog.com
Fisher24
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12701
Age : 36
Localisation : Saint-Médard de Mussidan (24)
Prénom : Laurent
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 14:04

Le montage des mouches :


Ce sujet aurait pu être zappé vu les centaines de propositions vendues par nos détaillants, mais il est tellement bon de prendre du poisson avec des mouches fabriquées par nous-même !
Restons toujours avec dame truite ; elle se nourrira aussi bien au fond qu'entre deux eaux ou en surface.
Il n’y aura pas d’heure bien spécifique à sa façon de se nourrir ; il faudra donc comprendre son comportement de chasse pour pouvoir la pêcher correctement !
Quelques facteurs de position de cette dame peuvent tout de même nous donner la puce à l’oreille.
Elle est au fond, le ventre sur le gravier : elle se nourrira de larves.
Elle est entre deux eaux : elle se nourrira de larves montant vers la surface ou nageant tout simplement, ou même de petits poissons.
Elle se trouve en surface : il y aura deux possibilités :
- Elle marsouine, ce qui n’est pas vraiment un gobage (très difficile à voir en courant fort). Elle se nourrira alors de larves en pleine éclosion pris dans le film de la surface.
- Elle gobe : généralement bien visible par ses éclaboussures. Elle se nourrira alors d’insectes éclots sur le point de s’envoler ou d’insectes morts nés mais aussi d’insectes terrestres tombés dans l’eau.

Parlons maintenant avec les thermes de cette superbe pêche :

:arrow: Pour les larves, nous dirons nymphes.
:arrow: Pour les larves montant en surface, nous parlerons de mouche noyée et même encore de nymphe.
:arrow: Pour les larves pris dans le film de la surface : nous parlerons d’émergentes.
:arrow: Pour les insectes en surface : nous dirons mouches sèches.
:arrow: Pour les petits poissons ou autres imitations de petites bébêtes : nous parlerons de streamers.
:arrow: Pour les montages, il existe une multitude de matériaux dont voici quelques exemplaires :


Et bien sûr les outils pour confectionner :



Les nymphes :

Comme nous l'avons vu, ce sont des imitations de larves. Je vous montre sur cette photo les différents hameçons pour le montage de nymphes :


Ces mouches seront plus ou moins plombées. Ici les différents types de plombages, bien qu’il ne sera pas obligatoire si vous chercher à monter des nymphes peu plongeantes ! Il peut arriver qu’un simple fil de cuivre fasse l’affaire.


Il faudra faire attention au proportions !
Ci-joint un descriptif de ces dernières :


Pour les plécoptères

Pour les plécoptères

Nous choisirons des matériaux absorbant pour les nymphes de fond et des matériaux qui garderont des micro bulles d’air pour les nymphes peu plongeantes.
Les bases de montages seront toujours les mêmes.
Un exemple de montage de nymphe
"diawl bach red spot" avec une tête rouge. c'est une excellente nymphe :

- Hameçon : noyée Euro fly n°12.
- Fil montage : rouge 8/0.
- Cerques : fibres de hackle roux.
- Corps : 3 herls de paon torsadés.
- Cerclage : cuivre.
- Pattes : fibres de hackle roux.
- Tête : en fil de montge vernis.

1- Fixer l'hameçon dans l'étau en veillant à bien dégager la courbure.
2- Fixer le fil de montage rouge et revenir à la courbure.
3- Fixer devant la courbure la pincée de fibres de hackle de coq roux.



4- Fixer le fil de cuivre (ici assez épais) en gardant la pointe jusqu'à 2 mm de l'anneau de tête (cela équilibre la mouche et lui donne le poids correct pour le réservoir).
5- Fixer au même endroit 3 herls de paon.
6- Cercler le tout avec le fil de montage.
7- Remonter en spires jointives jusqu'à 3 mm de l'anneau.


8- Faire le corps en enroulant les herls torsadés sur eux-mêmes.
9- Bloquer ces herls en tête.
10- Cercler à spires éspacées avec le fil de cuivre qui sera bloqué au même endroit.


11- Revenir par quelques tours de fil de montage environ 1 mm en arrière.
12- Fixer devant le corps deux pincées de fibres de hackle de coq roux (le même que la queue). Cette opération est un peu délicate.
13- Ajuster les fibres à la longueur (sous corps) choisie.


14- Couper l'excédent de fibres vers l'avant.
15- Bloquer avec plusieurs tours serrés de fil de montage, en répartissant le mieux possible les fibres sous le corps.
16- Former la tête avec le fil de montage, bloquer ce dernier par 3 ou 4 fausses clefs.


17- Couper les fibres excédentaires ; il ne doit rester qu'un fin pinceau, représentant les pattes de la nymphe.
18- Bien vernir la tête, avec 2 couches pour qu'elle conserve un peu de brillant. Cela donne un "red spot", soit un "signal" rouge, qui me semble un petit plus !




Les mouches noyées :

Ces mouches, bien souvent très colorées, ont pour effet d'attirer l’attention de la truite et surtout son agressivité. Bien que ne ressemblant pas à un insecte ou même une larve ce sera les fibres utilisées qui donneront cet impression de vie, donnant à Mme truite l’envie d’attaquer.
Idem que pour les nymphes, nous emploierons des matériaux absorbants mais avec bien souvent un montage ressemblant à une
mouche sèche.

Exemple d’un montage d’une mouche noyée.

Cette mouche, une noyée de pointe, fait bouger les truites.

- Hameçon : mouche noyée n°10,8.
- Fil montage : noir 6/0.
- Tag : polypropylène orange.
- Corps : 2 herls de paon.
- Thorax : dubbing lapin gris foncé.
- Tête : casque or 3 ou 4 mm.
- Ailes : plume de perdrix sur 2 tours devant un hackle noir.

1- Enfiler le casque d'or, l'ardillon de l'hameçon ayant été préalablement écrasé.
2- Fixer le fil de montage noir derrière le casque d'or.
3- Venir à la courbure et fixer le tag en polypropylène orange.


4- Fixer et enrouler le herl de paon en remontant vers le casque d'or. Une variante se monte avec un cerclage de fil de cuivre, qui se fait ici.
5- Fixer le hackle (ici gris foncé) vers l'avant, le côté concave (mat) vers le haut.
6- Revenir au premier tier en prévision du thorax.


7- Après avoir poissé le fil de montage, y faire adhérer une petite pincée de fourrure de lapin gris foncé ou noir.
8- Enrouler ce dubbing pour former le thorax, jusqu'au casque d'or.
9- Couper l'excédent du tag.


10- Tourner le hackle sur 3 tours.
11- Bloquer la pointe du hackle et couper l'excédent.
12- Fixer devant le hackle, le pied en avant, une plume de perdrix grise, préalablement débarassée de la base duveteuse. Veiller à positionner le côté convexe vers le dessus pour qu'à l'enroulement la plume se couche vers l'arrière.


13- Enrouler la plume de perdrix contre la base du hackle, en veillant à ne pas dépasser deux tours.
14- Couper la pointe de la plume.
15- Terminer la mouche par 4 doubles clefs entre la plume de perdrix et le casque d'or.
16- Vernir. La mouche est finie.




Les émergentes :

Ce sont des imitations de larves en pleine éclosion pris dans le film de la surface. Elles auront toujours l’aspect d’une nymphe mais avec soit des matériaux qui garderont des micro bulles d’air soit avec une petite touffe flottante (poils, plume de cul de canard ou même bille de polystyrène).
Ce système permettra de garder la mouche prisonnière du film.
Il y aura aussi quelques proportions à respecter !

Exemple de montage d’une émergente. Elle est rustique, visible et généralement efficace pour les truites farios. C'est un de mes modèles de base en cas d'éclosions d'éphémères (Baetis Rhodani).

- Hameçon : eurofly n° 14, 16.
- Fil montage : olive 8/0.
- Cerques : fibres de hackle pardo.
- Corps : polyfloss olive.
- Thorax : dubbing lièvre naturel.
- Tête : en fil de montage.
- Ailes : touffes de cdc rose et gris.

1- Placer l'hameçon, dont l'ardillon aura été écrasé, dans l'étau par la courbure.
2- Fixer le fil de montage olive à 1 mm de l'oeillet.
3- Préparer deux plumes de CDC, une rose et une grise, en coupant le pied dur.
4- Poser la plume, pied vers la courbure, avec un tour de fil de montage et la tirer vers l'arrière en serrant le fil.


5- Fixer ainsi plusieurs touffes de cdc, en mélangeant les deux teintes.
6- Revenir à la courbure et poser une pincée de fibres de hackle de coq pardo.


7- Poisser la soie de montage. y faire adhérer un dubbing dolive (floss).
8- Faire le corps avec ce dubbing en remontant jusqu'à la touffe de cdc.


9- Poisser à nouveau la soie de montage. y faire adhérer un dubbing de lièvre naturel.
10- Passer 2 fois derrière le toupet de cdc et finir par 1 tour devant.


11- Faire une petite tête bien serrée devant ce thorax, en relevant le toupet de cdc pour qu'il soit dressé.
12- Couper la touffe de cdc à une longueur inférieure à celle de la hampe de l'hameçon.
13- Couper les poils qui dépassent du dubbing.
14- Vernir la tête. La mouche est terminée.



Les sèches :

Elles portent bien leur nom puisque ce sont des mouches qui restent à la surface de l’eau. Elles sont généralement faites avec des plumes de cou de coq. Elles seront très légères et surtout confectionnées avec des matériaux non absorbant.
Il en existe comme toutes les autres d’ailleurs, une quantité infinie. ça sera au pêcheur de faire attention à ce qui éclot ou même ce qui vole au-dessus de l’eau et de mettre son imitation (pas toujours évident mais bon !).

Exemple d’un montage d’une sèche.

"rénégade" Voici un modèle de rénégade, visible, simple et solide :

- Hameçon : Eurofly, mouche sèche n° 16, 18.
- Fil montage : rouge.
- Corps : herl de paon.
- Hackle arrière : hackle de coq roux.
- Hackle avant : hackle gris grizzli.

1- Fixer le fil de montage rouge à 1 mm de l'oeillet de l'hameçon dont l'ardillon a été écrasé.
2- Fixer 1 mm plus loin vers l'arrière, par le pied, un hackle grizzli préalablement préparé, côté concave vers le haut.
3- Venir à la courbure en spires jointives et fixer le hackle roux de la même manière.


4- Avec la pince à hackles, enrouler en palmer serré le hackle roux de la courbure vers l'avant sur 2 mm maximum ; il est arrêté par un tour de fil de montage.
5- Couper la pointe du hackle.


6- Fixer un herl de paon devant cette collerette rousse et remonter avec le fil au pied du hackle gris.
7- Enrouler le herl en spires serrées pour faire un petit corps "dodu" ; le bloquer par un tour de fil de montage.
8- Couper l'excédent du herl.


9- Tourner le hackle gris, en veillant à aller de l'arrière vers l'avant, de manière très serrée (attention à ne pas le casser, car il est petit et fragile ...).
10- Bloquer le hackle par un tour de fil de montage.


11- Couper la pointe de la plume.
12- Faire une petite tête serrée par plusieurs tours du fil de montage.
13- Terminer la mouche par 3 doubles clefs ou un whip finish.
14- Vernir la tête. La mouche est terminée.



Dernière édition par Fisher24 le Lun 23 Juin 2008 - 19:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fisher24.skyblog.com
Fisher24
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12701
Age : 36
Localisation : Saint-Médard de Mussidan (24)
Prénom : Laurent
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 14:05

Les streamers :

Ce sont des imitations de poisson, grosses larves ou même d’animaux terrestres. Le streamer sera confectionné bien souvent avec des fibres et des plumes absorbantes. Là aussi il sera sujet de donner à sa mouche une impression de vie plus qu’une ressemblance avec ce que nous voulons imiter. Il sera plus fourni pour les pêches en réservoir que pour les pêches en rivière.
Pourquoi ? Et bien tout simplement parce qu’en réservoir, il n’y a pas de courant et ce seront les fibres de la mouche avec la traction du pêcheur sur cette dernière qui donneront l’aspect de vie.
Bien que les streamers de rivière marchent bien en réservoir, le contraire moins car les longues fibres restent collées au corp de la mouche et n’a aucun effet de vie. Ils seront plombés ou non selon l’imitation.

Exemple d’un montage de streamers fourni "chabot brun-olive". Ce streamer avec ses yeux globuleux, son allure ramassée, son dos brun et sa gorge olive généreuse, il pêche profond pour débusquer les truites en réservoir.

- Hameçon : noyée n°8 eurofly.
- Fil montage : noir 6/0.
- Queue : marabout olive et noir, + quelques brins de tinsel perle.
- Corps : hear's ear sable cerclé cuivre.
- Thorax : fritz olive.
- Aile : touffe brune (ici vison).
- Tête : 2 maillons chainette lavabo.

1- Enrouler le fil de plomb sur la hampe de l'hameçon choisi solide, lourd et court, car plus précis dans le ferrage que les hameçons à streamer longs.
2- Fixer par des enroulements en croix les 2 yeux en chainette de lavabo.
3- Fixer le fil de montage noir derrière ces yeux et venir à la courbure.


4- Fixer le cuivre.
5- Fixer une touffe de marabout olive, pas trop longue.
6- Fixer ensuite une touffe de marabout noir (ou brun) au-dessus de l'olive.


7- Fixer sur cette queue en marabou, 3 à 4 brins + courts de tinsel perle ou de flashabou multicolore.
8- Poisser la soie et y faire adhérer une mèche de dubbing "heare's ear", couleur sable.
9- Enrouler ce dubbing sur les 2/3 de la hampe.
10- Cercler avec le cuivre, couper l'excédent.


11- Fixer sur le dos, devant le corps précédemment formé, une "aile brune" par deux touffes successives de vison (ou autre mustellidé), ou à défaut une aile + rousse avec de la queue d'écureuil (voire de veau si on a rien d'autre).


12- Fixer un brin de 2 à 3 cm de "fritz" olive devant cette aile.
13- Tourner le fritz pour faire une "gorge généreuse", le bloquer derrière la tête par 2 tours de fil de montage.
14- Effectuer quelques tours de fil en croix sur la chainette avant de le bloquer par quelques fausses clefs.
15- Vernir le fil sur et devant la tête.
16- Terminer la mouche en taillant le fritz pour lui donner la forme d'un "cône pyramidal", évoquant la silhouette d'un poisson.




Pour finir sur le montage de mouches, vous pourrez imiter un peu tout ce que vous voulez
mais pensez à une chose très importante : à part peut-être pour les nymphes, ce n’est pas le réalisme de vos mouches qui paiera mais son impression de vie.


La pêche à proprement parler :


Quand un moucheur part pour une sortie, que ce soit en rivière ou en réservoir, il ne sait pas vraiment à quoi il pêchera avant d’être au bord de l’eau.
Il restera bien souvent à observer la surface de l’eau pendant plusieurs minutes afin de déceler le moindre mouvement du poisson.
Et je vous conseille de le faire à chaque fois, c’est ce qui vous permettra de faire du poisson !
Les conseils de pêche que je vais maintenant vous donner, sont bien sûr pour les débutants ! Plus tard après avoir bien acquit cette pêche, vous aurez d’autres techniques à apprendre si vous le voulez !
Plus difficiles peut-être mais plus payantes aussi !

En réservoir :

S’il y a des gobages francs, c’est que le poisson sera sur les insectes en surface. Alors vous pêcherez en sèche. Vous chercherez à placer votre mouche sur la trajectoire du poisson.
Si l’eau est plate sans la moindre ride un petit dragage en ramenant la mouche sur quelques centimètres pourra faire la différence.
Par contre si la surface de l’eau est ridée par le vent, vous laisserez faire en évitant tous dragage.
S’il y a des gobages discrets (elles marsouinent), vous pêcherez en émergente. La technique sera la même qu’en sèche.
S’il n’y a aucune activité en surface, alors vous pêcherez en nymphe ou au streamer.

:arrow: En nymphe : vous lancerez votre nymphe, la laisserez couler et la ramènerez délicatement en tricotant votre soie avec vos doigts tout en donnant quelques petits coup de scion.
Ces actions donneront un aspect de vie à la nymphe.

:arrow: En nymphe à vue : si en bordure ou a quelques mètres vous voyez les truites entre deux eau ou même au fond, alors il vous sera possible de les pêcher à vue ! Avec le lancer arbalète vous placerez la nymphe à quelques centimètres de son nez et vous la ferez travailler comme si elle veut rejoindre le bord ou même monter en surface.
Attention à cette pêche à vue car bien souvent, les pêcheurs non confirmés ferrent trop tôt et sortent la nymphe de devant le poisson avant même qu’il n’est eu le temps de la prendre.

:arrow: Au streamers : vous pêcherez l’eau ! Autrement dit vous lancerez votre streamer et le ramènerez par petites tractions sur la soie en marquant parfois quelques temps de pause.
Avec un streamer fourni les temps de pause lui servira à se gorger d’eau et par la même occasion se gonfler. Puis la tirée sur la soie fera coler les fibres le long du streamer ! Là encore impression de vie !!
Pour la pêche au brochet ou black-bass avec des systèmes de poppers, l’action sera la même.
Que ce soit en nymphe, au streamer ou au poppers les attaques sont très souvent brutales ! Donc attention au ferrage pour éviter la casse !

Petit schéma pour comprendre où se tiennent les truites en réservoir :



En rivière :

Les actions de pêche en rivière seront un peu différentes !
Sur les gobages francs, la truite a son poste et n’en bougera pratiquement pas !
Il faudra lui poser la mouche à quelques centimètres en amont de son nez. Vous éviterez au maximum les faux lancers. Bien qu’une truite aura son poste, vous pourrez en trouver un peu partout.
Attention à votre approche ! Une truite qui part brusquement par votre présence peut avertir toutes celles du poste où vous vous trouvez !

Schéma pour comprendre où lancer :


Il vous arrivera bien souvent de voir la truite monter sur votre mouche et repartir a son poste ! C’est ce que nous appelons des refus. Ces fameux refus sont bien souvent dûs à un mauvais passage de la mouche, à une section de fil trop grosse en pointe ou même simplement à la mouche elle-même.
C’est alors à ce moment-là qu’il faudra jouer de ruses et chercher ce qu’elle pourrait bien prendre. Mais déjà en levant un peu la tête et en regardant ce qui vole autour de vous, vous pourrez avoir une idée !

Voici comment une truite prend une sèche :


Il m’est arrivé à plusieurs reprises d’avoir des refus sur une mouche mais après avoir raccourcit l’ackle (la colorette) avec l’aide d’un ciseau, au premier passage, elle s’est jetée dessus.
Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en faisant ça, j’ai changer la position de la mouche sur la surface de l’eau et bien souvent cela suffit. Je ne dis pas qu’il faut faire cela à chaque coups !!!!! Mais ça arrive.
Avant tout, commencez à pêcher près de vous puis élargissez votre action de pêche. Regardez toujours en amont de façon à voir les gobages et de les approcher avec le plus de discrétion possible.
Un gobage sur le bord de l’autre rive sera très difficile à pêcher vu que le courant central de la rivière sera toujours plus fort que celui des bordures.
il est donc conseillé dans ce cas de changer de rive pour traquer le poisson.
Il en est de même pour votre ombre ! Si elle se prolonge dans l’eau, il sera préférable de changer de rive, d’où l’utilité de savoir lancer en revers !

les gobages discret :

Ils sont difficiles à voir pour un débutant mais après quelques temps d’adaptation vous y parviendrez !
Il sera donc question d’émergente. La pêche reste plus ou moins identique à celle de la sèche par contre par les reflets ou mêmes les turbulences de l’eau, bien des fois votre mouche sera très difficile à voir !
Dans ce cas, regardez votre soie et au moindre petit soubresaut ou même le moindre arrêt de cette dernière ferrez. Car il sera bien souvent possible qu’une truite prenne votre mouche sans que vous la voyez !

Petit shéma pour comprendre la prise d'une émergente :


Sur cette photo, un gobage discret (ici bien visible dans une eau calme mais ce n'est pas toujours le cas).



Pas de gobages : pour les débutants, vous pêcherez en nymphe en recherchant davantage les zones un peu plus calmes.
Vos lancers se feront trois quart amont en visant le bord de l’autre rive et vous travaillerez votre nymphe en arc de cercle en donnant quelques petits coups de scion ou même simplement en tenant la soie pour lui donner vie.

Ci-joint un petit schéma pour mieux comprendre :


Voici comment travaille la nymphe :


Une fois la technique bien comprise, vous pourrez pêcher les zones plus mouvementées. Il existe des indicateurs de touche (petit morceaux de laine) à mettre sur votre bas de ligne, mais je vous conseille plus d’y mettre une mouche sèche qui fera le même effet et de plus pourra être prise par un poisson.

La nymphe à vue :

Vous rechercherez les truites sur le bord. Attention !! L’approche est cruciale et votre lancer sera en arbalète !
Observez la force du courant, la profondeur ou se tient le poisson afin de poser votre nymphe suffisamment en amont de façon à ce qu’elle arrive à la hauteur du poisson le moment venu.

Le streamers : En rivière le streamer imitera le petit poisson (vairon, chabot voire même truitelle).
Hé oui ! Dame truite est cannibale !
Donc vous pêcherez en travers de la rivière un peu comme la nymphe.
Recherchez les grands pools (grands trous) où il y aura beaucoup plus de chances de voir du gros poisson.
Une grosse truite en chasse aura bien du mal à résister à un beau streamer bien travaillé.
Vous ramènerez votre streamer par tirées de plus ou moins 20 centimètres avec quelques arrêts.
Là aussi les touches serons brutales surtout avec le courant.
Comme toutes les techniques de mouche, commencez toujours près de vous et élargissez vos lancers. De par votre présence, si une truite se trouve près de vous, elle se réfugiera dans sa cache à toute allure et donnera l’alerte aux autres.

Petit schéma pour savoir où trouver les truites en rivière et aussi comprendre les différents courants :


Pour reprendre les bases de cette pêche afin de prendre du poisson : Discrétion ; observation ; prospection méticuleuse du poste.

Voilà ! mon article est fini !

J'éspère que vous avez pris autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à vous l'écrire.

Peut-être deux ou trois moucheurs de plus pour l'année prochaine, qui sait ! ça serait super !

Amicalement.

Didier.


Cet article a été rédigé par Pêch-cailloux, relu et corrigé par Fisher24.

____________________________
Cliquez sur la bannière ci-dessous pour voir les nouvelles photos :
Laurent Cornu - View my recent photos on Flickriver
Ma galerie Flickr


Dernière édition par Fisher24 le Lun 23 Juin 2008 - 20:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fisher24.skyblog.com
Docky76
Truite
Truite


Masculin
Nombre de messages : 226
Age : 34
Localisation : Haute-Savoie, Etrembieres
Prénom : Romain
Date d'inscription : 29/05/2008

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 16:10

Et bien en conclusion mon cher Didier : du très très BEAU boulot!!! :D

C'est super tout ce que tu viens de nous faire...!! c00l

Ca m'a mis l'eau à la bouche et l'envie d'essayer la peche à la mouche!! 8)
Revenir en haut Aller en bas
Mepps 2
Carpe
Carpe
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1266
Age : 32
Localisation : Charnay les C. (71)
Prénom : Julien
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 16:43

Effectivement, du tres tres gros boulot !
De plus, c'est très accessible aux neophytes (rien a voir avec les bouquins barbars et leur vocabulaire incomprehensibles). j'ai donc les bases theoriques, il ne me reste plus qu'à pratiquer encore un peu pour avoir un semblant de lancer normal et une derive realiste. Je vais attendre un joli coup du soir ensolleillé sur la Marne pour m'exercer sur les petites chevesnes.

thanks
Revenir en haut Aller en bas
Fisher24
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12701
Age : 36
Localisation : Saint-Médard de Mussidan (24)
Prénom : Laurent
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 18:26

Je n'ai pas encore fini de repaginer l'article mais ça va venir. ça prend beaucoup de temps de tout relire et corriger.

En tout cas, je le répète c'est un article excellent Didier.

Lolo.

P.S. : Afin de placer tes différents sujets les uns à la suite des autres, j'ai dû recréer un sujet et donc supprimer les nombreux messages élogieux qui t'avaient été fait. Désolé.

____________________________
Cliquez sur la bannière ci-dessous pour voir les nouvelles photos :
Laurent Cornu - View my recent photos on Flickriver
Ma galerie Flickr
Revenir en haut Aller en bas
http://fisher24.skyblog.com
Fisher24
Administrateur
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12701
Age : 36
Localisation : Saint-Médard de Mussidan (24)
Prénom : Laurent
Date d'inscription : 20/11/2006

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 20:41

ça y est, j'ai enfin fini de repaginer ce magnifique article.

Encore merci Didier.

Peux-tu éclairer ma lanterne sur 2 termes que je ne comprends pas :

1- Dragage. Kézako ?

2- Poisser la soie. ça consiste en quoi exactement ?

Lolo.

____________________________
Cliquez sur la bannière ci-dessous pour voir les nouvelles photos :
Laurent Cornu - View my recent photos on Flickriver
Ma galerie Flickr
Revenir en haut Aller en bas
http://fisher24.skyblog.com
pêch-cailloux
Modérateur
Modérateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3562
Age : 51
Localisation : aiguillon
Prénom : didier
Date d'inscription : 22/09/2007

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Lun 23 Juin 2008 - 21:33

Merci lolo pour ton boulot !!!
Car ça a dut être un sacré boulot !!!
Pour éclairer ta lanterne
DRAGAGE : c’est exactement ce que produit ton fils sur la mouche !
Je m’explique , sachant que les courants en rivière sont généralement au centre plus fort que sur les bord , ou même lorsque tu place une mouche sur un remous et que la soie tire sur cette dernière !
Ta mouche est emportée par la soie et provoque un V ( je pense que tu comprendra et que vous comprendrez !) ça , c’est un dragage !!!
Ta mouche doit en rivière suivre le courant comme–ci elle était portée par lui !!!
Pour la poisse de la soie , c’est la soie de montage et cette poisse sert a coller les matériaux au fil de montage ( soie )de façon a ce qu’ils tiennent au montage de la mouche et même après !!!
Un petite chose dont je ne vous ai pas parlé !
C’est la graisse pour la soie ( celle du corps de ligne )
L’eau est malheureusement très impure en France ( je ne dis pas polluée )
Il existe une graisse que l’on emplois !
Qui sert a nettoyer la soie et de la faire bien glisser dans les anneaux
Voilà
J’espère t’avoir et même vous avoir un peu plus éclairer !!!
Pour les éloges !!!!!je m’en fou complètement par contre si je venais a savoir que mon article , ferais qu’en 2009 ! 2 ou 3 moucheurs serait en plus alors là oui , mon récit aurais servis a quelques chose
didier

____________________________
tu es libre de croire que tu es con , mais surtout tu es con de croire que tu es libre...
Revenir en haut Aller en bas
sebastien
Gardon
Gardon
avatar

Masculin
Nombre de messages : 51
Age : 23
Localisation : nontron (24)
Prénom : sebastien
Date d'inscription : 19/03/2008

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Ven 4 Juil 2008 - 22:43

du bau boulot chapeau bas
Revenir en haut Aller en bas
http://la-nature.teamconvention.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Dim 6 Juil 2008 - 16:28

Merci beaucoup je vient justement d'avoir un moulinet spécial pêche au fouet .
Revenir en haut Aller en bas
fishing-pro
Brochet
Brochet
avatar

Masculin
Nombre de messages : 559
Age : 23
Localisation : Thouare Sur Loire 44
Prénom : maximilien
Date d'inscription : 01/05/2008

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Dim 6 Juil 2008 - 18:41

du beau boulot
Revenir en haut Aller en bas
http://peche-des-carnassier.forumactif.org
fishing-olivier100
Truite
Truite
avatar

Masculin
Nombre de messages : 426
Age : 21
Localisation : Nantes
Prénom : olivier
Date d'inscription : 30/06/2008

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Dim 6 Juil 2008 - 19:28

oui tutur ton beau papi est vraiment trop trop gentil!!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Mer 28 Juil 2010 - 6:53

2 ans apres.....merci pour vos informations riches de precisions.

florent
Revenir en haut Aller en bas
jean marc 40
Silure
Silure
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2549
Age : 50
Localisation : villenave 40
Prénom : jean marc
Date d'inscription : 07/05/2007

MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   Mer 28 Déc 2016 - 18:40

dommage qu'on vois plus les photos , merci didier pour ce beau tuto
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche   

Revenir en haut Aller en bas
 
[salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [salmonidés] Initiation à la pêche à la mouche
» Journée Initiation pêche du silure avec la fédé du 38
» Initiation à la grande voie
» initiation a l'anglaise et carpe
» Initiation au float tube!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Natural-Peche.Com :: Les techniques de pêche :: La pêche des carnassiers :: Articles-
Sauter vers: